Site institutionnel en construction

Morne-À-L’eau

La commune de Morne-À-L’eau au Sud de la CANGT a une superficie de 63,56 km² et une population de 17046 habitants (en 2013).

Histoire :

Connue dès 1691 sous le nom de Case aux Lamentins, Morne-À-L’eau  est rattachée au quartier des Abymes pendant le 18e siècle. Durant cette période, l’activité économique reste centrée sur la culture de la canne. Le bourg se situe alors à Vieux-Bourg. Le lieu-dit Grippon, centre géographique de la paroisse est alors quasiment inhabité. Le creusement d’un canal qui permettrait le transport de la canne est envisagé par les colons soucieux de mettre en valeur de nouvelles terres. Au début du 19e siècle, ils reprennent ce projet et proposent le transfert du chef-lieu de la paroisse du littoral au centre du bourg. L’administration soutient cette entreprise qui présente trois intérêts majeurs. L’occupation du centre de la Grande-Terre procure un avantage stratégique dont les invasions anglaises successives ont confirmé l’importance. Ensuite, l’étendue des terrains restés inexploités autorise l’installation de plusieurs habitations sucrières. Enfin, celles-ci associées à la construction d’un nouveau bourg, Bordeaux-Bourg, entraînent un maillage plus étroit de la région, afin de canaliser l’afflux de personnes qui se rendent chaque dimanche au grand marché de Grippon et de réduire les terres où s’organisent les communautés marronnes. En 1826, l’arrivée du gouverneur des Rotours accélère la réalisation du projet. Au lendemain de l’abolition de l’esclavage, le territoire communal est modifié, il s’étend vers le centre de la Grande-Terre, intégrant plusieurs grandes habitations et entraînant une très forte augmentation de la population.

En 1889, 19 sucreries, rassemblant 750 hectares, rythment la vie économique, entièrement orientée vers le sucre. Mais, au tout début du 20e siècle, la crise sucrière provoque des grèves très dures qui ont des répercussions sur la vie politique. En 1979, l’économie locale subit un nouveau choc avec la fermeture de l’usine centrale de Blanchet.

Aujourd’hui :

Le maire  de la commune est depuis le 18 avril 2016, Philipson FRANCFORT, 1er vice-président de la CANGT.

En image :

Mairie – Morne-à-l’Eau

 

Les commentaires sont clos